Clisson Deux femmes avaient été victimes d'un déséquilibré

27/02/2017 à 22:56 par laufortin

L'homme avait agi en tout début de matinée, lorsque le jour n'était pas encore levé (photo d'illustration). -
L'homme avait agi en octobre dernier, alors que le jour n'était pas encore levé (photo d'illustration). Son procès s'est tenu début février.

Un déséquilibré clissonnais a été condamné en comparution immédiate à six mois de prison ferme et six autres avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes, après avoir violemment agressé le 21 octobre dernier une étudiante de 18 ans, sans raison particulière, alors qu’elle se rendait à la gare, mais aussi pour avoir pénétré dans la maison d’une autre femme en pleine nuit. Il a toutefois été laissé libre à l’issue de l’audience.

Cette nuit-là, cette femme a eu la frayeur de sa vie. Alors qu’elle dormait, elle avait été réveillée par la lumière du téléphone portable d’une personne qui s’était introduite dans son logement. Bien que tétanisée, elle avait réussi à le faire fuir. Elle avait aussi donné l’alerte aux gendarmes. Le suspect avait alors été retrouvé errant dans les rues à vélo, peu de temps après : « connu » des services pour s’introduire dans les maisons qui ne sont pas fermées à clé, il avait écopé le 13 décembre dernier de trois mois de prison avec sursis. L’homme avait reconnu quinze vols sans la moindre effraction à Gorges dans les maisons de ses voisins, entre septembre 2015 et mars 2016. Mais cette peine n’a pas encore été inscrite à son casier judiciaire, puisqu’il a été déclaré « vierge », à l’audience.

Une étudiante agressée violemment

Les gendarmes avaient alors raccompagné le suspect chez lui… avant d’être rappelés à 6 h 30 du matin : un riverain de la gare avait fait fuir un homme qui frappait violemment une jeune femme au sol « à coups de talon de chaussure ». Cette autre fille de 18 ans avait été au préalable « traînée par les pieds dans une ruelle », a-t-elle raconté en pleurs aux enquêteurs. « L’agression a eu beaucoup de répercussions sur ma vie : je me retrouve comme une enfant à devoir dormir avec la lumière, car j’ai maintenant peur du noir », a sangloté à l’audience cette étudiante en première année de psychologie, qui a été frappée sans un mot. « Désormais, je ne sors plus sans bombe lacrymogène, et je suis incapable de sortir seule. »

A l’audience, l’auteur a expliqué son agression par son « état second » mais aussi par sa méprise : il croyait qu’il s’agissait en fait de son ex-compagne, qui l’avait quitté… L’enquête de personnalité a permis d’établir qu’il était en fait une « personnalité borderline », qui présente « une certaine dangerosité psychiatrique mais aussi sociale » selon les médecins. Il est d’ailleurs suivi à ce titre en hôpital de jour à Clisson, mais aussi par un psychiatre depuis treize ans. « Je ressens beaucoup de souffrance… Moi-même je suis passé par là, j’espère donc qu’elle va pouvoir remonter la pente et revivre un jour le bonheur », a dit le prévenu, qui a été « victime de violences sexuelles dans son enfance » et dont deux frères se seraient suicidés. Lui-même a cherché à « se jeter du haut d’un pont », mais n’est finalement pas passé à l’acte.

Toujours est-il qu’après l’agression, le prévenu avait été retrouvé chez lui par les gendarmes « dans un grand état de confusion », avec « les poings ensanglantés » tellement il avait frappé fort sur la jeune fille. De nombreuses chaussures de femme volées étaient également « bien alignées » sur des étagères à « trophées », bien que « dépareillées ». Le prévenu n’avait gardé que les fusils à eau et les clés USB de ses autres vols de la nuit précédente : il avait jeté tout le reste (grille-pain, appareils photo, boîte à tabac…) dans des jardins… Finalement hospitalisé d’office en psychiatrie, l’homme en est ressorti le 28 novembre dernier et comparaissait libre à l’audience.

« Véritable bombe à retardement »

« Cette affaire est assez troublante : quand on prend les vols, on a le sentiment d’avoir affaire à des vols de cour de récré… et on a du mal à croire que ce monsieur puisse être capable d’une agression d’une aussi extraordinaire intensité », confesse la procureure de la République. Inquiète de cette « véritable bombe à retardement », la représentante du ministère public avait appelé le tribunal à « le suivre d’extrêmement près » pour « contenir sa furie intense ». « Monsieur devra fournir deux fois plus d’efforts qu’un simple probationnaire devant le juge d’application des peines pour échapper à une incarcération », a-t-elle prévenu.

L’homme de 45 ans n’est toutefois pas parti en détention immédiatement après l’audience : il devra négocier avec un juge d’application des peines (JAP) les conditions d’exécution de ses six mois d’emprisonnement ferme (incarcération, semi-liberté, bracelet électronique…). Une mise à l’épreuve de deux ans lui a également été infligée, dans le cadre de laquelle il aura obligation de se soigner et de réparer les dommages causés à ses victimes, s’il ne veut pas voir ses six autres mois de prison avec sursis transformés en ferme. Le montant définitif des dommages et intérêts sera arrêté lors d’une audience sur intérêts civils le 8 septembre.

44190 Clisson

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter