Gorges Une adolescente poignardée par son frère pour son mode de vie

17/02/2017 à 11:49 par laufortin

L'adolescente a été agressé au petit matin alors qu'elle dormait encore (photo d'illsutration).
L'adolescente a été agressé au petit matin alors qu'elle dormait encore (photo d'illustration).

Présenté hier soir à un juge des libertés et de la détention, l’adolescent n’a finalement pas été placé dans l’établissement pour mineurs d’Orvault, mais dans une famille d’accueil après sa garde à vue. Ce garçon de 17 ans est accusé d’avoir poignardé sa soeur de deux ans sa cadette. Un drame qui a eu lieu mercredi, vers 6h, dans l’appartement de cet immeuble des Bergeronnettes à Gorges, sur la route de Clisson. Réveillé, l’aîné est allé frapper d’un coup de couteau sous l’omoplate celle qui était encore à moitié endormie. La lame a créé une plaie de cinq centimètres. Alertés par les cris, les parents horrifiés par la blessure et les traces de sang, ont transporté leur fille au centre permanent des soins à l’hôpital de Clisson avant que celle-ci ne soit transférée à Nantes. Elle s’en sort avec 45 jours d’interruption temporaire de travail.

Pendant ce temps, les gendarmes avisés sont allés interpeller ce lycéen au domicile. A-t-il voulu tuer sa soeur comme il l’a avoué dans un premier temps ou a-t-il seulement voulu lui faire peur ? L’enquête devra établir le scénario. La préméditation qualifierait l’acte en tentative d’assassinat ce qui n’engendrerait pas la même peine qu’en tentative d’homicide. Ce qui aurait entraîné ce drame ? “Selon ses dires, le garçon a voulu rétablir l’honneur de la famille qui était bafoué à ses yeux. Pour lui, sa soeur ne respectait pas la tradition de l’éducation familiale. Il n’aimait pas qu’elle vive “à l’occidentale”. Visiblement cela créait des tensions entre ses parents qui ne parlent pas français et leur fille. Et du coup avec son frère. Ce dernier lui reprochait d’entretenir une relation sur Facebook avec un jeune homme, mais aussi de porter des jeans et de ne pas s’impliquer dans les tâches ménagères”, indiquaient gendarmes et magistrats 36 heures après les faits. Arrivée il y a dix ans en France, cette famille Tchétchène avait élu domicile depuis 2013 à Gorges. “Tranquillement. Sans histoire,” exprimait le maire.

L’immeuble consterné

Dans ce collectif rénové, c’était la consternation. “On a su rapidement qu’il s’était passé quelque chose de grave mais ce n’est que hier soir qu’on a été informé des détails des faits, indiquait un voisin, ce vendredi matin. Franchement, je suis sous le choc. C’est une famille adorable, à l’image de leurs enfants. Toujours prêts à donner un coup de main pour emmener les courses, à tenir une porte… Et très polis et courtois en plus de ça. Je suis surpris qu’on mette ça sur le dos d’un écart culturel ou de tradition. Ils ne faisaient pas état de leurs origines.  Pour moi, c’est plus un pur pétage de plomb”. Les deux adolescents sont scolarisés dans un collège et lycée voisins. Les parents sont anéantis.

44190 Gorges

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter