Haute-Goulaine Ivre, il avait frappé sa compagne en fauteuil roulant à coups de balai

11/02/2017 à 16:13 par laufortin

L'homme avait été très violent avec sa compagne (photo d'illustration). -
L'homme avait été très violent avec sa compagne (photo d'illustration). -

Un alcoolique a été condamné la semaine dernière en comparution immédiate à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Nantes, pour avoir fait tomber sa compagne de son fauteuil roulant le 19 janvier dernier à Haute-Goulaine, puis lui avoir asséné de multiples coups de balai.

L’homme n’aura plus le droit d’entrer en contact avec son ex-compagne et de se présenter chez elle. La moindre des choses pour celui qui compte 21 condamnations et qui était sorti de prison le 22 octobre dernier. Un lieu où il redort depuis le procès car les juges ont ordonné son renvoi en détention. Le jour des faits, il était en effet revenu totalement ivre chez sa compagne handicapée, qu’il connaissait depuis deux ans mais chez qui il ne vivait que depuis deux mois. « Il est rentré en très mauvais état Dès quil est arrivé à mon domicile, jai su que ça allait mal se passer », a témoigné la victime à l’audience. « Effectivement, ça a été très violent. »

Jusqu’à voler les clefs du fauteuil électrique

Cette femme de 36 ans qui ne voulait pas lui ouvrir dans la mesure où elle gardait son fils de 5 ans, s’était alors fait tirer les cheveux. Le prévenu l’avait donc ensuite fait tomber de son fauteuil roulant, puis rouée de coups de balai jusqu’à celui-ci se brise en deux ! L’homme violent était ensuite parti non sans lui avoir demandé de lui signer à son profit un chèque de 7 000 € (non encaissé à ce jour), et lui avoir pris sa carte bleue. Enfin, il avait piqué la clé du fauteuil électrique de la jeune femme par « pure méchanceté », selon le parquet, ce qui l’avait contrainte à se déplacer à la force des bras… « Je me souviens juste lui avoir mis un coup de balai Le reste, je ne men souviens plus, jai un trou noir », a simplement dit pour sa défense ce père de trois enfants de 8, 11 et 14 ans, nés de deux mères différents. « Il est capable de boire pendant quatre jours sans dormir Il na pas conscience de son degré de maladie, il croit quil est parfait », témoigne la victime.

Ce chômeur au RSA avait été interpellé pour « port d’arme prohibé » vendredi dernier, soit huit jours plus tard, alors qu’il « tambourinait » et « vociférait » une nouvelle fois à la porte de la plaignante, un couteau dans une main et une bière dans l’autre. Rentrant de deux jours « relativement alcoolisés » avec des amis, il avait 2,5 g d’alcool dans le sang. « Je ne doute pas des sentiments amoureux de madame à son égard. Mais je ne sais pas si, lui, la prend pour un dortoir, une aide ménagère ou bien une solution daccueil durgence », a résumé à l’audience le procureur de la République, dont les réquisitions ont été pratiquement suivies à la lettre par le tribunal.

44115 Haute-Goulaine

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter