Immobilier : le marché s'est envolé en 2016

Nombre de transactions et prix en progression..., le secteur de l'immobilier a retrouvé des couleurs en 2016. Le marché, à la hausse, a également été dynamique dans le Vignoble.

18/01/2017 à 18:08 par hervpavageau

Dans le Vignoble, c'est à Basse-Goulaine que le prix des<br />
maisons est le plus élevé. -

Des taux de crédit qui n’ont jamais été aussi bas, des dispositifs fiscaux avantageux (taux zéro pour les primo-accédants, loi Pinel pour les investisseurs) qui incitent à emprunter et investir… Dans ce contexte plus que favorable, les ventes ont explosé dans l’immobilier en 2016. Tous les secteurs ont profité du dynamisme. Que ce soit l’agglomération nantaise que les zones rurales du département, le volume des ventes est reparti : « + 18,7 % pour les appartements anciens et + 8,5 % pour les maisons et 15,2 % pour les terrains », souligne la chambre des notaires lors de la présentation du bilan.

En Loire-Atlantique, 30 % des ventes ont porté sur des appartements anciens et 45 % sur des maisons, transactions qui sont au cœur du marché dans le Vignoble nantais. Les terrains à bâtir, quant à eux, ont représenté 10 % des ventes immobilières sur l’année écoulée.

Elles se concentrent sur la seconde couronne nantaise (36 % des ventes) et sur les secteurs ruraux. Si les terrains sont toujours plus petits – 420 m2 en première couronne et 440 m2 en seconde – le prix, lui, du m2 continue de grimper : + 5, 4 % en moyenne. A noter que les acheteurs sont essentiellement des primo-accédants. « 60 % ont moins de 40 ans », précise la chambre départementale. L’embellie ne s’observe pas qu’au niveau du volume des ventes. Compte tenu de la pression de la demande à nouveau présente, les prix sont repartis à la hausse en 2016 : + 2,5 % pour les maisons.

Basse-Goulaine, ville la plus chère

Le dynamisme est général. Tous les secteurs sont à la hausse. Hormis quelques rares communes. C’est le cas à Vertou. Le prix médian (240 000 € pour une maison) a chuté de 4 % sur un an. Dans la première couronne, c’est à Basse-Goulaine que le marché des maisons anciennes a le plus progressé sur un an (+ 18,1 %). Avec un prix moyen de 318 800 €, la commune de la métropole est la ville où le marché des maisons est le plus élevé du Vignoble nantais. Basse-Goulaine arrive dans le top 5 des communes les plus chères dans le département. Loin derrière La Baule, collectivité où il faut en moyenne un budget de 360 000 € pour acquérir une maison.

Même constat dans la seconde couronne. Le prix médian des maisons anciennes a grimpé en un an de + 1,5 % à Haute-Goulaine (269 000 €), de + 10,7 % à Saint-Julien-de-Concelles (203 500 €) et de + 4,9 % à Vallet (182 500 €). Dans cette partie du département, les biens sont achetés majoritairement par des cadres.

Dans le périmètre large Clisson-Machecoul qui sert d’analyses à la chambre des notaires de Loire-Atlantique, le prix des maisons a aussi grimpé de près de 2 % sur un an. Comptez un budget de 158 000 € en moyenne pour une maison. Une donnée officielle à prendre malgré tout avec des pincettes dans ce territoire allant de Clisson à Vieillevigne où l’on trouve d’importants écarts de prix.

Et 2017 ?

Pour 2017, « difficile de faire une projection », reconnaît Damien Ruaud. « Traditionnellement, une élection présidentielle se traduit par une baisse du nombre de transactions se situant entre -3 % et – 4 % », explique le président de la chambre des notaires de Loire-Atlantique. Reste que les notaires sont confiants dans l’avenir. « L’activité devrait rester soutenue si les taux de crédits ne remontent que modérément avec des prix sages ».

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter