»
Législatives 2017
Tous les résultats dans votre commune et votre circonscription.

Clisson Le site du Hellfest devenu un lieu de promenade

Oui, on peut flâner sur le site du festival de métal à Clisson. Ouvert toute l'année, il attire de plus en plus de badauds, du coin et de territoires voisins, autant les curieux que les fans, tous émerveillés par les œuvres d'art restées sur place. Visite des lieux.

08/11/2016 à 13:03 par vincent.malboeuf

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Une sensation étrange. En juin, pendant trois jours, les enceintes crachent les décibels. La foule est incroyablement dense, avec une marée noire de 50 000 à 60 000 festivaliers qui déferle sur un site de 14 ha. En ce dimanche matin, veille de la Toussaint, c’est calme. Pas de riffs de guitare. Ni de cris appelant à l’apéro. Juste quelques détonations de tirs des chasseurs.

Bienvenue au Hellfest, quand il n’y a personne. Ou presque. Car le site est ouvert toute l’année, en dehors du festival. Accessible à tous grâce au chemin communal, où sont posées au sol les plaques commémoratives de chaque édition depuis 2006.

Galerie d’art à ciel ouvert

On y croise alors des familles, des enfants, des anciens, des couples, des amis venus en bande. Des locaux comme des voisins venus de Vendée, Morbihan ou Ille-et-Vilaine. Des habitués, des festivaliers, des curieux. « Ça vaut le coup d’œil », dit l’un d’entre eux, devant une Warzone intacte, où surplombe la statue de l’éternel Lemmy Kilmister. Une œuvre d’art parmi tant d’autres restées sur place, faisant la renommée du Hellfest.

Les scolobancs, les bars à containers, la voiture scorpion accrochée en façade du bar principal, l’arbre métallique, la main du diable, la Kingdom of muscadet à l’entrée du bois, le bar à muscadet, le skate-park… Manquent la cathédrale, la grande roue et les scènes Mainstage pour que le décor soit complet.

« Soigné », « propre », « grandiose », entend-on aussi. Ces promeneurs du dimanche sont ébahis par ce site bichonné par la direction. D’ailleurs, il est interdit d’aller sur les espaces verts, la pelouse étant actuellement refaite. Il est préconisé de bien « rester sur les chemins balisés », comme il est indiqué à côté du portillon d’entrée noir. Un message du Hellfest Productions qui rappelle également « que les structures et œuvres d’art présentes sur le site du festival sont situées sur des parcelles privées. Elles ne doivent en aucun cas être escaladées. L’association décline toute responsabilité en cas de chute. »

Lieu de balade “incontournable”

La visite est libre, gratuite et doit se faire dans le respect des consignes. Une seule fois, le site a été vandalisé en mai 2015, où des menaces avaient été taguées sur les bars du type « Vade retro satan ».

En tout cas, en ouvrant ses portes, le Hellfest offre un nouveau lieu de balade sur Clisson qui n’en manque pas avec le château, ses Garennes Valentin et Lemot, son parc Henri IV… Il permet aussi aux non-festivaliers de découvrir le site. C’est le cas de ce couple de La Planche, pour qui ce lieu de balade est devenu « incontournable ». « Quand on a des amis ou la famille à la maison, on va souvent se balader sur Clisson. Et on termine toujours par le site du festival. » Un festival qui affichera complet une fois de plus en juin 2017.

V. M.


Le chemin communal permet cet accès

Depuis son déménagement en 2012, de l’autre côté du contournement, le Hellfest occupe 14 ha de ce qui était « des prés à vaches », résume Benjamin Barbaud. Un espace que louent les organisateurs, qui est traversé par un chemin communal menant du Champ Louet à la route de Tillières après le Piteau. « C’est ce qui permet aujourd’hui que le site soit ouvert au public », lance l’ancien maire Jean-Pierre Coudrais. « Quand nous avons négocié le déménagement avec de nombreux partenaires autour de la table, nous avons demandé au Hellfest production que celui-ci reste accessible. Aujourd’hui, cela prend tout son sens ».
L’ex-élu a pu s’en rendre compte avec des amis fin octobre lors d’une balade dominicale. « C’est un vrai lieu de promenade. Il y a ceux qui connaissent et qui y reviennent par mélange de nostalgie et passion en dehors du cadre du festival. Il y a ceux qui connaissent et qui veulent le faire découvrir à d’autres. Et il y a ceux qui ne connaissent pas mais qui en entendent parler tout le mois de juin et qui sont curieux ». Et c’est vrai que les nombreux décors, statues et autres aménagements qui restent désormais à demeure attirent. « C’est un phénomène bénéfique pour Clisson. C’est un atout supplémentaire. En plus du château, des bords de Sèvre et de Moine, des parcs… C’est toujours bon pour le tourisme », complète son successeur, Xavier Bonnet.
La municipalité laisse ouvert le portillon près du grand portail, toute l’année. Des élus qui retravaillent actuellement la convention sur l’exploitation du site avec les organisateurs. « Elle arrive à son terme », confirme le maire. Un des points porte sur la réversibilité des terres. En effet, tous les agencements doivent être démontables et l’ensemble des parcelles doit pouvoir retrouver rapidement une vocation agricole. « Même s’il y a de plus en plus de transformations, c’est une chose à laquelle nous veillons, assure Xavier Bonnet. Certains espaces sont d’ailleurs, il me semble, là où les vignes ont été arrachées, toujours classés en AOC. On ne peut pas y faire n’importe quoi ». Certains pourtant s’étonnent de quelques pavages, tranchées et autres bétonnages. Le plus simple ne serait pas de modifier le plan local d’urbanisme pour transformer l’espace en zone de loisirs ? « Ce n’est pas à l’ordre du jour, » répond la mairie. Les enquêtes publiques nécessaires pourraient donner plus d’échos à ces simples étonnements.

44190 Clisson

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter