Clisson Politique : le plan de Richard Bellier pour sauvegarder le Tivoli

28/08/2016 à 23:20 par laufortin

Richard Bellier devant le Tivoli. -
Richard Bellier devant le Tivoli. -

Le chef de file d’Ensemble pour Clisson, seul élu de sa liste au conseil municipal, a effectué sa rentrée la semaine dernière. Après avoir présenté un plan d’aménagement pour la place Saint-Jacques au printemps dernier, où il visait à sortir la voiture du centre-ville pour embellir et redynamiser le centre historique, Richard Bellier a plaidé pour redonner une vie culturelle au Tivoli. En reconstruisant un théâtre de poche.

Que faut-il faire du Tivoli ? La question a traversé les mandats depuis la fermeture de ses portes en 1987. Lors du dernier mandat par exemple, une réunion publique avait été organisée par l’équipe de Jean-Pierre Coudrais. Aucune majorité ne se dégageant – autant de voix pour sa destruction que pour sa réhabilitation -, l’affaire en était restée là malgré les promesses de se revoir sur le sujet.

Cette petite salle à la fausse architecture italienne, construite en 1905 sur un éperon rocheux, reste un élément du patrimoine clissonnais. Salle de théâtre ou encore cinéma, elle rappelle de nombreux souvenirs à des générations de Clissonnais. Est-ce suffisant pour conserver cet équipement, en grande partie incendié accidentellement par des adolescents qui s’étaient introduits dans ce bâtiment désaffecté, en août 2008 ?

« Un théâtre de poche »

Pour Richard Bellier, cela ne fait aucun doute. « Le Tivoli fait partie des sites remarquables à mettre de nouveau en valeur, lance-t-il d’emblée. Nous connaissons tous son histoire. » Sentant des envies d’une énième vente du domaine communal ou une transformation en halle pour l’éventuel futur marché de la Trinité, l’habitant du Piteau prévient : « Il ne doit pas être bradé à un quelconque investisseur désireux d’y construire des logements sous prétexte qu’il sert à financer le budget 2017 ».

Alors quel avenir lui donner ? Pour Richard Bellier, c’est tout trouvé : « J’y verrais bien un théâtre de poche à l’Italienne de 250 à 300 places ». « Ce type d’équipement culturel fait défaut à Clisson. Il faut des projets ambitieux, originaux et enthousiastes pour Clisson qui s’endort dès que le jour s’éteint, poursuit l’ingénieur. Malgré l’espace Saint-Jacques, les demandes et besoins existent. Je l’avais perçu lors de la campagne, en réalisant du porte à porte. Nous avons de nombreuses associations de théâtre (Rire du miroir, les Chercheurs d’art…), des musiciens et des jeunes qui veulent se produire mais il n’y a pas de lieux. Ce type de théâtre assurerait la polyvalence pour les usagers. Ses dimensions restreintes, comme ceux construits au XVIe siècle, permettent au public de percevoir bien plus la finesse et le jeu des artistes. Le public étant assis face à la scène ».

« Un investissement acceptable »

Et l’exiguïté des lieux, empêchant un stationnement important ? « La ville possède des bâtiments rue du Docteur Boutin qui pourraient devenir des parkings. Et n’oublions pas que la Porte-Palzaise sera bientôt requalifiée. Il est possible de prévoir des places ».

Mais pour le spécialiste des réseaux publics, pas question de réhabiliter l’actuel bâtiment. « C’est trop onéreux. La démolition et une reconstruction s’imposent ». D’ailleurs question investissement, l’élu estime être sur un budget « d’1,5 million d’euros ». « Si on peut supposer un subventionnement à 40 % et les 400 000 € versés par l’assurance, on reste sur des sommes acceptables, » conclut-il. Pas certain, toutefois que toute la population partage son avis. Lors du dernier mandat, la culture avait déjà été bien servie avec un cinéma et une médiathèque. Le monde sportif avait su le dire pendant la campagne.

44190 Clisson

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter